Mesures d’empoussièrement L’amiante est, bien qu’interdit dans les matériaux et équipements de construction depuis 1997, encore présent dans de nombreux immeubles et habitations. Composé de fibres, il se délite par l’action du temps, de la détérioration naturelle ou artificielle (travaux). Il libère de microscopiques particules volatiles extrêmement nocives. On sait que l’exposition à cette substance et son inhalation provoque des maladies graves qui constituent la première cause de décès dans le bâtiment. Afin de connaître avec précision la quantité d’amiante présente dans l’air, on fait appel à un laboratoire de prélèvement agréé qui procède à des prélèvements à leurs analyses et au décompte des fibres d’amiante par litre d’air. C’est ce qu’on appelle la mesure d’empoussièrement. Dans le code de la santé publique, la réalisation des mesures d’empoussièrement doit suivre toute mise à jour du DTA (diagnostic technique amiante), un dossier précis des zones de présence d’amiante et de matériaux contaminés dans les bâtiments (rapports de repérage, date, nature, localisation de l’amiante et consignes de sécurité). Ce suivi détaillé et régulier aboutit à des travaux de désamiantage quand la concentration en fibres d’amiante dans l’air est jugée dangereuse.

Mesures d’empoussièrement

L’amiante est, bien qu’interdit dans les matériaux et équipements de construction depuis 1997, encore présent dans de nombreux immeubles et habitations. Composé de fibres, il se délite par l’action du temps, de la détérioration naturelle ou artificielle (travaux).

Il libère de microscopiques particules volatiles extrêmement nocives. On sait que l’exposition à cette substance et son inhalation provoque des maladies graves qui constituent la première cause de décès dans le bâtiment. Afin de connaître avec précision la quantité d’amiante présente dans l’air, on fait appel à un laboratoire de prélèvement agréé qui procède à des prélèvements à leurs analyses et au décompte des fibres d’amiante par litre d’air. C’est ce qu’on appelle la mesure d’empoussièrement.

Dans le code de la santé publique, la réalisation des mesures d’empoussièrement doit suivre toute mise à jour du DTA (diagnostic technique amiante), un dossier précis des zones de présence d’amiante et de matériaux contaminés dans les bâtiments (rapports de repérage, date, nature, localisation de l’amiante et consignes de sécurité). Ce suivi détaillé et régulier aboutit à des travaux de désamiantage quand la concentration en fibres d’amiante dans l’air est jugée dangereuse.